Le principe d’étiquette énergétique DPE est depuis une dizaine d’années sur toutes les lèvres des prestataires immobiliers, dans la vente, la location ou la rénovation. Le diagnostic est réalisé par un professionnel après une inspection et divers calculs qui arrivent à un prix au mètre carré par an. Ce n’est pas une simple note prouvant que vous ferez des économies en achetant ou louant un logement, vous allez voir que c’est bien plus important.

Une motivation pour la performance énergétique

Le principe d’étiquette énergie DPE trouve sans doute sa source dans les réflexions émises dans les années 90, sur les émissions de gaz à effet de serre et les dépenses énergétiques des logements. Il fallait proposer des solutions pour maîtriser les impacts de notre sédentarisation sur l’environnement. Plus le coût énergétique est important, plus les dégâts sur la planète sont importants. Il ne s’agit plus de débattre et de réveiller les consciences, c’est une action qui devrait être un levier du changement, pour encourager les changements de comportements. Une simple action répétée devient une habitude, si celle-ci est adoptée par la majorité, les retombées sur la planète peuvent être positives. Cela devrait encourager les propriétaires à faire des rénovations sur leurs « produits », tout en poussant les locataires ou acquéreurs à opter pour des choix plus responsables. L’esthétique extérieure et l’emplacement, ainsi que la décoration intérieure ne sont plus les seules variables pour mettre une valeur sur le logement. L’étiquette énergétique influence la décision des investisseurs, que ce soit les particuliers ou les banques. D’ailleurs on accorde des crédits avec plus de facilité quand il s’agit de l’amélioration de la performance du logement en termes d’isolation et d’énergie. Ceux qui investissent les lieux demandent le rapport et les chiffres pour anticiper les dépenses ou simplement respecter l’environnement.

Modernité et équipements

Les habitations modernes possèdent maintenant en moyenne jusqu’à une douzaine d’appareils qui consomment de l’énergie, les plus avancées sont maintenant connectées en permanence avec le téléphone portable, utilisant une pléthore d’enceintes et d’écrans éparpillés de la cuisine à la douche, en passant par le salon et le couloir. La fermeture des fenêtres et les alarmes, ou encore la surveillance utilisent le système électrique, donc de l’énergie, pour fonctionner. Bizarrement, les nouvelles technologies et les maisons les plus intelligentes utilisant les innovations en domotiques et toutes les possibilités informatisées pour offrir confort et modernités ne sont pas celles qui bouffent le plus d’énergie. En fait, le contrôle de la température ambiante en fonction du temps qu’il fait et des habitudes des habitants pourrait permettre de faire plus d’économie que si on n’en utilisait pas, si on ne considère pas le prix du matériel. Les capteurs et l’ordinateur travaillent de concert pour permettre d’optimiser le chauffage, fermer les volets ou encore allumer et éteindre la lumière au moment où cela est nécessaire. Investir dans la modernité et la rénovation est une sorte d’épargne à long terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here